Aliments allergènes : un danger pour la santé et la réputation des fabricants

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Editorial

Jack Payne 1Par Jack PAYNE, ‎VP of Product Management and Solution Consulting, Aptean

Les fabricants de boissons et de produits alimentaires doivent aujourd’hui s’adapter à un nouveau cadre réglementaire. Sur plus de 160 denrées alimentaires reconnues comme allergènes, l’Union européenne impose de mentionner la présence de quatorze d’entre elles de manière claire sur l’étiquetage des produits. En plus d’être responsables de la majeure partie des réactions allergiques, ces allergènes majeurs présentent aussi la particularité d’entrer dans la composition d’un grand nombre d’autres produits.

Près de 17 millions d’Européens souffriraient d’allergies d’origine alimentaire, et ce chiffre est en constante augmentation. Parmi les symptômes de ces allergies, on dénombre des réactions relativement bénignes, au premier rang desquelles des éruptions cutanées ou des douleurs digestives, mais aussi des réactions plus graves, allant des difficultés respiratoires aux douleurs de poitrine, voire à des pertes de conscience.

Les allergènes non déclarés sont aujourd’hui un véritable problème. Sur la seule année 2015, le portail d’alerte des problèmes produits agroalimentaires de l’Union européenne, le RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed), a reçu plus de 160 notifications liées à des réactions allergiques, ce qui représentait une augmentation importante par rapport à 2014 (un peu plus de 100 notifications reçues). Après avoir pendant plusieurs années enjoint les fabricants à éviter l’emploi d’allergènes non identifiés, l’Union européenne a adopté un règlement (UE n°1169/2011) qui les oblige désormais à indiquer leur présence de manière claire sur leurs produits. Ce règlement impose un étiquetage approprié des denrées alimentaires, qu’elles soient préconditionnées ou non (du type de celles utilisées en restauration). Le montant des amendes infligées en cas de non-conformité va de 5 000 € à 600 000 €. L’implémentation d’un système ERP intégré peut aider les entreprises à satisfaire ces obligations.

Des rappels plus rapides
Les fabricants ont besoin d’avoir le contrôle sur leurs recettes et formules afin de garantir la cohérence et la qualité de leurs produits. En matière d’allergènes, une bonne gestion des recettes est primordiale. Lorsque le fabricant formule un nouveau produit, le système assure le suivi des ingrédients, facilitant la capture de la présence d’allergènes. Que se passe-t-il en cas de modification de la recette, par exemple, suite à la rupture de stock d’un ingrédient spécifique, et à son remplacement par un substitut ? Prenons l’exemple d’une recette au lait de vache : le lait de soja, substitut acceptable, n’en contient pas moins un allergène, le soja. Le système ERP permet au fabricant de suivre le changement de recette ainsi que la mise à jour des étiquettes du produit final. Et en cas d’erreur humaine ? Là encore, le système ERP assure le suivi des lots, donc leur modification ou leur rappel éventuel selon les circonstances.

Remonter jusqu’à l’origine
La traçabilité sert aujourd’hui de fil rouge à la plupart des réglementations sur la sécurité alimentaire : toute entreprise doit être en mesure de suivre ses produits à chacune des étapes de la production. La traçabilité des lots leur permet de déterminer non seulement l’origine exacte des ingrédients de n’importe quel lot, mais aussi la destination de ce lot. Grâce au contrôle des versions, ils disposent d’une vue historique sur la recette utilisée pour produire chaque lot de produits finis, donc d’une piste d’audit complète qui leur permet de remonter aux lots des ingrédients d’origine utilisés, et de déterminer la date et l’heure précises de cette utilisation. L’heure de fabrication est en effet une information capitale en cas de rappel de produits. Supposons qu’un fournisseur se rende compte que l’un de ses lots de mélange d’épices contient des cacahuètes : le système ERP l’aidera alors à déterminer le lieu, la date et l’heure à laquelle l’ingrédient en cause a été utilisé, la quantité utilisée, ainsi que la destination du produit fini. Il sera ainsi en mesure de lancer un rappel ciblé, lequel sera bien plus efficace qu’un rappel général, et aura surtout un impact bien moindre sur la réputation - et le chiffre d’affaires - de l’entreprise.

En conclusion, l’utilisation d’un système ERP pour gérer les recettes, établir des calendriers de production et lancer des rappels précis peut aider les fabricants dans leur mise en conformité avec leurs obligations réglementaires. Il peut aussi être un outil en vue de se préparer à l’inévitable renforcement des réglementations portant sur la fabrication de produits alimentaires au cours des prochaines années.<

Jack PAYNE