Technologies

Securétiq : un jeu d’étiquettes contre l’effraction des containers

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Technologies

Prévenir et dissuader les vols de marchandises dans les containers au cours de leurs transits est une obsession pour tous les chargeurs et transporteurs de la planète. C’est pourquoi, « le créateur d’étiquettes » Gen’étiq a conçu un produit spécifique pour répondre à cette demande universelle.

 

Simple et économique

Cette nouvelle offre, baptisée Securétiq, est à la fois simple, efficace et surtout économique. Elle consiste en un jeu de quatre étiquettes identiques qui servent d’une part, à la protection des points d’intrusion les plus fréquents sur un container (les charnières et l’ouverture centrale) et d’autre part, de moyen de suivi et de traçabilité du chargement tout au long de son périple.

Chaque jeu de quatre étiquettes comporte un code d’identification unique qui est imprimé au moment de la fabrication.

1-Lot-Securetiq

À l’usage, trois étiquettes sont collées sur le container à la fermeture : une sur la charnière de droite, une sur la charnière de gauche et la troisième sur le cadenas fermant l’ouverture centrale. La quatrième est collée sur « la lettre de voiture », le document qui formalise le transfert de propriété du contenu au transporteur, de la compagnie maritime jusqu’au client final.

2-Container-securetiq

Localiser l’origine de la fraude

Jusqu’à présent lorsqu’un container arrivait à son point de destination fracturé, contaminé, et avec de la marchandise volée, il était impossible pour son propriétaire d’identifier les responsabilités des différents intermédiaires. Or ceux-ci peuvent être très nombreux pour un container qui parcourt plus de 10 000 km pour venir de l’autre bout du monde. Ce qui complique et entrave la tâche pour faire valoir ses droits.

3-Scan-securetiqL’intérêt de la solution Securétiq de Gen’étiq est justement de permettre d’identifier le responsable et de localiser la zone problématique. Lorsque le container passe d’un intermédiaire à un autre, le QR code de l’étiquette est scanné à l’aide d’un simple smartphone relié à Internet. Ce qui permet à l’opérateur soit de valider le transfert (tout est OK), soit de signaler un incident (un scellé a été détruit).

À noter que toute tentative de décoller une étiquette entraîne sa destruction.

Les informations sont enregistrées dans une base de données qui permet à tout instant, au propriétaire de la marchandise (à l’aide d’un identifiant et d’un mot de passe uniques), de contrôler la progression et l’intégrité de sa marchandise.

Le coût est fonction de la quantité commandée et du niveau technologique de la protection des étiquettes. Il se situe, selon Gen’étiq, entre 5 à 20 € le jeu, ce qui est très bas comparativement à la valeur des marchandises ainsi protégées.

Philippe Collier