Technologies

Kewego et Canal+ choisiront leur solution de filtrage vidéo avant un mois

Écrit par Philippe COLLIER le . Rubrique: Technologies

L'accord, du 20 mars 2008, entre le site de partage vidéo Kewego et Canal+ annoncait :

  • D’une part, l'arrêt de l'action en justice intentée par Canal+, en mai 2007, pour "contrefaçon et parasitisme" avec une demande de dommages et intérêts de 1,5 million d'euros ?;
  • D’autre part, "de s'accorder sur la mise en place d’un dispositif permettant de lutter efficacement contre la violation des droits d’auteurs et droits voisins, et ainsi développer le marché de la vidéo sur Internet. "

À ce propos les deux partenaires annonçaient l'intégration sur le réseau de Kewego d'un "système de blocage des vidéos déjà refusées, basé sur une des technologies de détection de dernière génération (finger printing). En parallèle, Canal+ met à disposition de Kewego, une base de données avec les empreintes digitales de ses émissions afin que celles-ci soient automatiquement rejetées, en cas de téléchargement illégal. "

 Pourquoi le communiqué ne mentionne-t-il pas la technologie de l'INA utilisée jusqu'à présent par Canal+ pour générer ses signatures numériques ? On se souvient que ce choix technique résultait d'un premier accord entre Dailymotion et Canal+.

 En fait, Canal+ testerait actuellement, en plus de la solution de l'INA, plusieurs technologies de filtrage du marché, notamment celles de Thomson/Advestigo et d'AudibleMagic (pour le son), afin de reconfigurer sa chaîne de génération d'empreintes.

 De son côté, Michel Meyer, le président de Kewego, annonce qu'il choisira une technologie de filtrage "qui n'affecte par les choix de nos partenaires médias". C'est à dire une technologie reconnue internationalement. En effet, Kewego, créée en 2003, est déjà présente dans 25 pays européens, diffuse plus de 100 millions de vidéos par mois, et compte des clients prestigieux comme : M6, France Télévisions, L’Équipe, Orange, Airbus, Axa, Procter et Gamble...

 Comme la génération et la reconnaissance des empreintes doivent reposer sur la même technologie. Il serait souhaitable de parvenir rapidement à un minimum de normalisation dans les technologies de finger printing afin que les signatures des œuvres des producteurs de contenus soient reconnues par les systèmes de filtrage des sites de partage et de diffusion de vidéos sur Internet. En somme, qu'ils parlent le même langage. "En principe, selon Michel Meyer, Canal+ et Kewego se détermineront d'ici trois à quatre semaines."

Philippe Collier