Technologies

Un procédé pour contrôler le marché des produits de seconde main

Écrit par CR22 le . Rubrique: Technologies

AlpVision propose d’appliquer sa solution d’authentification, sans marquage additionnel, au marché de l’occasion des produits de marque.

 Spécialisée dans l’identification des marchés gris et la lutte anti-contrefaçon, la société suisse AlpVision a développé Fingerprint, une solution d’authentification basée sur l’analyse microscopique de l’état de surface des documents ou des objets (voir notre numéro 12).

En pratique, le fabricant stocke sur un serveur une image numérique d’une partie caractéristique de chacun de ses produits originaux. Cette empreinte constitue la signature numérique de chaque objet, elle est unique et non reproductible.

Lorsque l’acheteur d’un produit d’occasion souhaite vérifier l’authenticité de son acquisition, il lui suffit de faire expertiser à distance l’objet auprès du fabricant. Pour cela, il transmet une image numérique de bonne qualité prise à l’aide d’un téléphone portable ou d’un scanner. Les sites Internet de ventes aux enchères pourraient instaurer de telles vérifications pour tous les objets de marque et/ou de valeur : par exemple, si le paiement d’une telle marchandise a été effectué par carte de crédit et que l’objet acheté est un faux, le débit de la carte serait refusé, pour autant qu’une expertise ait prouvé la contrefaçon.

Le plus simple serait que le vendeur d’un objet de marque d’occasion obtienne du fabricant un certificat attestant l’authenticité du produit avant qu’il ne le remette « en vitrine ». (Notons que la solution Key&Keys, présentée dans notre précédent numéro, offre la possibilité à tous les fabricants de délivrer un certificat d’authenticité pour chaque produit dès la première vente et ses éventuelles reventes.)

> Coopération

La technologie AlpVision est donc une solution qui peut s’appliquer à la sécurisation du marché des produits de seconde main, très actif sur Internet. Nul doute que les sites de ventes aux enchères devront très rapidement s’engager dans la mise en place ce type de solution s’ils veulent conserver la confiance de leurs utilisateurs.

Il reste que ce type d’application suppose aussi la coopération des fabricants : il faut qu’ils engagent leur responsabilité quant à la traçabilité de leurs produits en vue de leur revente. Les fabricants automobiles ont bien compris depuis longtemps l’intérêt de contrôler le marché de l’occasion pour préserver leur réputation. Une voie dans laquelle les grands du luxe commencent à s’impliquer. Des tests sont notamment en cours pour l’industrie horlogère suisse – le procédé permettra de suivre chaque modèle de montre durant toute son existence –, mais aussi dans d’autres secteurs sensibles. <

Ph. Collier

JJzoom_fmt

 

 

 

 

 

 

Détail d'une empreinte de deux objets déclarés identiques, mais possédant des différences identifiaibles par le procédé Fingerprint.