Technologies

Des outils pour gérer les actifs logiciels

Écrit par Philippe COLLIER le . Rubrique: Technologies

Les entreprises soucieuses d’optimiser la gestion de leurs licences logicielles disposent d’outils spécialisés à la fois simples et rentables. À savoir.

Selon les éditeurs de logiciels réunis au sein de la Business Software Alliance (BSA), les entreprises françaises se caractérisent par un manque de rigueur dans la gestion de leurs licences logicielles. 45-% des logiciels utilisés seraient des copies illégales ; la France fait ainsi figure de mouton noir parmi les pays développés. Une situation qui touche plus particulièrement les PME. Il est difficile de croire que ces entreprises ne sont pas conscientes des risques qu’elles encourent-: ces dernières années, les éditeurs ont multiplié les campagnes de communication ainsi que les contrôles dans les entreprises (voir encadré). Cependant, la situation ne semble pas évoluer d’une enquête à l’autre. Pourquoi?

Certes, il y a les entreprises peu scrupuleuses qui fraudent sciemment en espérant passer à travers les mailles du filet. Il semblerait cependant qu’il y ait une part non négligeable d’entreprises conscientes des risques et qui souhaiteraient se mettre en conformité ; mais elles ne sauraient pas comment s’y prendre. Par négligence, elles surestimeraient la complexité de la tâche et renonceraient à conduire les audits nécessaires et, surtout, à les maintenir à jour. En fait, elles ignoreraient le plus souvent qu’il existe des outils spécialisés qui permettent d’automatiser cette tâche et d’obtenir rapidement un tableau de bord opérationnel et facile à exploiter. Elles sous-estimeraient aussi les bénéfices qu’elles pourraient tirer d’une bonne gestion de leurs actifs logiciels.

> Des risques bien réels

Un récent séminaire organisé par le distributeur informatique Bechtle Direct a permis de faire le tour de cette épineuse question. Tout d’abord, il convenait de rappeler les risques judiciaires encourus. Dans tous les cas, le chef d’entreprise s’expose à des risques au civil ou au pénal, et lorsque la contrefaçon est avérée, plaider sa bonne foi est totalement inopérant. Quant aux sanctions financières et aux dommages et intérêts, ils peuvent tout simplement mettre en péril l’activité de l’entreprise. Même si les éditeurs se montrent conciliants et préfèrent généralement négocier, la publicité faite autour de ces affaires porte un grave préjudice à l’image de la société incriminée.

Les grands groupes maîtrisent apparemment mieux la situation, encore qu’ils ne sont pas à l’abri de risques juridiques, du fait du grand nombre de postes de travail qu’ils ont à surveiller. Les employés auraient une fâcheuse tendance à s’approprier leur poste de travail et à télécharger des logiciels piratés.

Le cas le plus paradoxal est celui des entreprises conscientes des risques et désireuses de se mettre en conformité mais où, faute d’organisation ou par négligence, les actifs logiciels sont mal gérés. Les licences sont souvent achetées au coup par coup et au prix fort. Pour Pierrette Frey, responsable des stratégies applicatives des brasseries Kronenbourg (groupe Scottish Newcastle), « la gestion des licences doit être une préoccupation et une responsabilité permanente. Elle est indispensable à la maîtrise budgétaire et nécessaire à l’anticipation de l’évolution du parc informatique et des besoins des utilisateurs ».

> Des outils incontournables

Gildas Leroy, directeur commercial de la société Staff&Line, éditeur membre de BSA France, qui propose la solution EasyVista, constate : «L’inventaire des licences est souvent tenu par les services techniques de façon artisanale et sans lien avec le service de gestion des contrats. Il en résulte un manque de suivi des fins de contrats, de visibilité sur l’état du parc, et d’outils de pilotage. Le paiement de la taxe professionnelle se fait souvent sur la base d’inventaires anciens ou faux. Il n’est pas rare que de nombreuses licences achetées ne soient pas utilisées. Et l’hétérogénéité du parc logiciel induit une absence de politique de mise à jour.» Dans ces conditions, si l’entreprise veut déployer une nouvelle application ou opérer une migration de système d’exploitation, elle ignore si tous les postes la supporteront. Bref, l’absence de pilotage entraîne des risques techniques d’instabilité, de sécurité, de pénalités et, surtout, une incapacité à négocier de meilleures conditions auprès des fournisseurs.

La solution EasyVista, notamment recommandée par BSA, reconnaît 160000 logiciels différents et dispose d’une forte capacité d’autoapprentissage. Ses tableaux de bord sont directement exploitables en fournissant des classements par éditeurs, par types de logiciels et par versions et renseignent sur l’état des licences. Depuis l’an 2000, plus de 2 millions de PC ont été ainsi passés au crible. Le groupe L’Oréal utilise cette gestion centralisée, qui autorise une politique d’achats groupés beaucoup plus avantageuse, pour gérer les investissements logiciels de 300 filiales dans le monde. EasyVista se caractérise par un faible coût de déploiement et d’administration et un retour d’investissement rapide. Selon la société d’étude Gartner, ce type d’application permet d’économiser 5 % en moyenne sur l’achat des licences la première année, puis 2 à 3 % par an. Quant au déploiement sur le terrain, il est rapide. «Une entreprise équipée de 3500 PC sur 20 sites a été traitée en trois semaines», selon Gildas Leroy. <

Philippe Collier

 

 

BSA France renforce les contrôles

Pour inverser la tendance, l’association des éditeurs de logiciels a choisi d’intensifier les contrôles et la répression. «En 2005, plus de 1200 entreprises ont été contrôlées sur le terri-
toire national via différents dispositifs», confirme Bertrand Salord, porte-parole de BSA France. Du 10 octobre au 7 novembre 2005, une campagne sur les ondes de BFM, Europe 1 et RMC alertait les chefs d’entreprise sur les risques encourus. Le site BSA France (www.bsa.org/france/) propose des versions de démonstration de EasyVista de Staff&Line et de Asap eSMART de Asap Software.

Voir aussi la liste de sept éditeurs de solutions de gestion des actifs logiciels :

www.microsoft.com/france/logicieloriginal/gerer/audit/outils.mspx#E5B