Trump déclenche une guerre économique contre l’Europe en utilisant Cuba comme prétexte

Écrit par © Filactu le . Rubrique: International

Le Président Donald Trump a décidé de faire appliquer un volet jamais mis en œuvre de la loi américaine Helms-Burton, le titre 3 de cette loi extraterritoriale qui autorise la justice américaine à poursuivre et condamner des entreprises non américaines commerçant avec CUBA.

À partir d’aujourd’hui tout citoyen américain s’estimant lésé par la révolution cubaine de 1959 (il y a plus de 60ans) peut attaquer en justice les entreprises pour demander la restitution de leur supposé foncier et les intérêts courants. À défaut de coopération ces entreprises seraient sanctionnées lourdement, voire interdites, de commercer aux États-Unis. Pour rappel, la BNP a déjà payé par le passé pour près de 9 milliards $ et la Société Générale près de 2 milliards $ pour avoir eu des relations commerciales avec des pays ennemis des États-Unis !

Une insupportable justice extraterritoriale d’intimidation

« Qui dit guerre, dit diplomatie. Il est indispensable que la France saisisse en urgence le Conseil de Sécurité de l’ONU pour que la communauté internationale affirme son rejet de cette nouvelle application de la loi Helms-Burton, » déclare le député François-Michel LAMBERT, Président du groupe d’amitié France-Cuba à l’Assemblée nationale.

« Qui dit guerre, dit protection et armement. J’en appelle la France et l’Europe à renforcer en urgence la protection de nos intérêts face à ce qui pourrait être la plus grande guerre économique de l’histoire. Il s’agit de donner des outils juridiques spécifiques et adaptés. Nous ne devons pas oublier également de nous doter d’armes économiques pour agir contre des entreprises américaines qui se montreraient complices de ce choix politique, » complète FM Lambert.

Le 20 février dernier, « au nom du groupe d’amitié France-Cuba, j’ai alerté l’Europe, le gouvernement français, mes collègues parlementaires, les autres parlements nationaux impliqués – espagnol, italien, allemand. Seule une réponse uniforme, commune, puissante, permettra de bloquer cette offensive américaine pour préserver notre propre économie. Il y a urgence avant que les conséquences se mesurent en pertes financières et d’emplois ici en France et en Europe, » conclut le député. <