La contrefaçon de marchandises et le rôle des territoires : la géographie mouvante d’un trafic illicite

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Publications

Dans cet article récent, publié par le site de la revue géopolitique « Diploweb », le chercheur Jérémy Lachartre se propose « de mettre en lumière des territoires qui expliquent la prospérité de ce trafic illicite en raison de leurs rôles dans la mondialisation économique. Il s’agit également de considérer la présence de territoires qualifiés d’ « espaces de non-contrôle » sur lesquels l’autorité de l’État (et de ses institutions) est fragilisée notamment par des conflits armés, des phénomènes de corruption, ou encore l’omniprésence d’une influence criminelle. Cet article veut ainsi apporter quelques éléments de réflexion sur une « géographie de la contrefaçon » dont les dynamiques territoriales sont liées à l’évolution de la mondialisation et aux interventions limitées des services en charge de l’application de la loi sur le territoire ».

SOMMAIRE DE L’ARTICLE

I. La mondialisation économique : une aubaine pour le trafic de contrefaçons
- Pays de sous-traitance et leurs évolutions : vers l’éclatement de territoires à risques en matière de contrefaçon ?
Les contrefacteurs chinois délocalisent leurs usines au Cambodge, au Bangladesh, au Vietnam, au Myanmar, à Taiwan où le prix de revient est désormais plus avantageux.
- L’effet pervers d’une concurrence économique interétatique et d’une rivalité entre places portuaires
Le taux de contrôle théorique dans le port de Rotterdam oscille entre 0,68% et 0,79%, ce qui laisse entrevoir une efficacité relative du contrôle des marchandises et de l’interception des biens contrefaits dans les zones portuaires...
- Fluctuation des « Shipping lignes » : des routes de la contrefaçon en constante évolution ?

II. Des « espaces de non-contrôle », des lieux de profitabilité pour le trafic de contrefaçon ?
- Le concept des « zones grises » et « zones blanches » : l’intérêt d’une gouvernance faible (ou complice) en faveur de la contrefaçon
Dans un rapport de l’organisation Waito, certaines de ces zones grises jouent un rôle dans le trafic de contrefaçon [17]. Il en va ainsi de sous-ensembles ou d’États candidats à l’Union européenne. Le territoire de Herceg-Bosna [18] est cité tout comme la République Srpska [19] et le Monténégro, dans lesquels les autorités locales participeraient directement à différents trafics illicites en lien avec la sphère mafieuse. L’Albanie – également candidate à l’Union européenne - serait aussi un territoire à risques tout comme la Transnistrie, république auto-proclamée située entre la Moldavie et l’Ukraine, deux États officieusement candidats à l’UE mais sans en avoir le statut.
- La face obscure des zones franches et portuaires
Des « mafias des docks » et autres « confréries » s’adonneraient à des arrangements illicites comme en France, en particulier dans le port de Marseille.
De même que la prospérité des "paradis fiscaux"— territoires de dissimulation fiscale — interroge sur la volonté des États les plus puissants de la réduire, l’essor de la contrefaçon de marchandises questionne sur le manque de moyens alloués à la lutte contre cette forme de criminalité, notamment dans l’espace maritime. Sans parler de la criminalité financière dite « en col blanc ». Quelles sont les parts de l’ignorance, de l’incapacité et celle de la complicité ? Le moment est-il venu d’arrêter de "faire semblant " ?  <

Consulter l’article complet :
https://www.diploweb.com/La-contrefacon-de-marchandises-et-le-role-des-territoires-la-geographie-mouvante-d-un-trafic.html

Articles associés :

Recherche : «  La contrefaçon de marchandises et ses territoires : modalités et enjeux d’une lutte contre un trafic illicite »
Écrit par Jérémy Lachartre le 8 mars 2019. Rubrique: Publications

Les zones franches : trous noirs de la mondialisation
Écrit par Jérémy Lachartre le 12 avril 2017. Contrefaçon Riposte rubrique : International

Lutte anti-contrefaçon : un partage de l’information encore problématique
Écrit par Jérémy LACHARTRE le 21 février 2017. Rubrique: Contrefaçon