Sourcing : Schneider Electric renforce sa gestion du risque fournisseurs

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Acteurs

Le Groupe rejoint la Responsible Business Alliance (RBA), une association pour promouvoir des standards élevés dans des domaines comme les droits humains, la protection de l’environnement ou l’éthique des affaires.



Pour renforcer sa vigilance quant à ses fournisseurs les plus exposés à certains risques, comme les atteintes aux droits humains, à l’environnement, la corruption ou le commerce illicite, Schneider Electric rejoint la Responsible Business Alliance (RBA), une association à but non lucratif regroupant plus de 120 entreprises des industries de l’électronique, du commerce, de l’automobile et de l’industrie du jouet. La mission de l’Alliance est de promouvoir des standards élevés dans les domaines des droits humains, de la santé et sécurité, de la protection de l’environnement et de l’éthique des affaires. 


Un programme dédié aux fournisseurs les plus exposés

Schneider Electric dispose depuis 2012 d’un programme destiné à ses fournisseurs considérés comme stratégiques. Mené avec l’appui du cabinet spécialisé Ecovadis, ce programme permet aux fournisseurs de se mettre en conformité avec la norme ISO 26000 relative à la responsabilité sociétale des entreprises. Pour renforcer son engagement de mise en œuvre des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme, mais aussi vis-à-vis de sa propre politique des droits humains, Schneider Electric a mis en place un nouveau programme fin 2017.

Ce nouveau programme va permettre d’identifier les fournisseurs les plus à risque, en raison de leur localisation géographique et de leur activité. Preuve de l’importance de ce programme, un nouvel indicateur, relatif au nombre de fournisseurs sous vigilance ayant bénéficié d’un audit sur site sera intégré au prochain Baromètre Planète & Société pour la période 2018-2020, permettant de mesurer les performances de Schneider Electric en termes de développement durable.

Ce nouvel indicateur prévoit un objectif de 300 sites audités d’ici les trois prochaines années (en complément des évaluations de type EcoVadis, des dues diligences des sites de nos fournisseurs et des interactions avec les équipes spécialisées de Schneider Electric dans un but d’amélioration continue).

Utiliser les outils et méthodes de RBA

Pour tenir cet objectif, Schneider Electric s’appuiera sur les méthodes et outils de RBA, dont les standards sont reconnus par l’ensemble des organisations spécialisées sur les questions de RSE, que ce soit les entreprises ou les acteurs de la société civile. Les équipes de Schneider Electric pourront s’appuyer sur l’outil de cartographie des risques de Verisk Maplecroft, le questionnaire d’auto- évaluation, ainsi que sur le protocole d’audit de RBA. À l’issue de ce processus, 300 fournisseurs seront ainsi identifiés et feront l’objet d’un audit sur site.

Ce nouveau programme sera supervisé par Gilles Vermot Desroches, directeur du développement durable, DK Singh, directeur des achats, et Xavier Houot directeur de la sécurité, de l’environnement et de l’immobilier. <