Interviews

Richard YUNG : « Nous proposons la mise en place d’une instance interministérielle de pilotage de la lutte anti-contrefaçon »

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Interviews

Richard YungInterview du Sénateur Richard YUNG, président du Comité national anti-contrefaçon (CNAC)

Le Sénateur Richard Yung (LREM), représentant des Français établis hors de France, consacre à la présidence du Cnac environ 10 % de son temps pour un second mandat de 6 ans qui s’achèvera en 2020. Une fonction que le Sénateur prend très au sérieux. Car, en dépit des actions menées jusqu’à présent, le fléau de la contrefaçon continue de progresser.

Trois questions à Nicolas KERBELLEC - Président-fondateur de OLNICA

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Interviews

-CR138-NK-OLNICA« Nous protégeons tout ce qui a de la valeur en apportant de la sécurité et de la confiance. »

Contrefaçon Riposte : OLNICA conçoit et produit des traceurs microniques haut de gamme qui permettent d’authentifier des matériaux, des produits finis voire même des documents, quel est votre perception de l’évolution du marché ?

Aurélien TIGNOL, PDG Arjo Solutions : « Le digital ouvre des perspectives qui transforment la lutte anti-contrefaçon. »

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Interviews

A-TignolContrefaçon Riposte : Pourquoi le Groupe IMPALA, créé par Jacques Veyrat en 2011, a-t-il décidé de développer un pôle identité-sécurité en investissant dans les technologies ID et d’authentification ? 


Aurélien Tignol * : 
IMPALA est un groupe industriel diversifié qui investit sur le long terme dans des secteurs structurellement porteurs de croissance, mais qui s’inscrivent dans un cadre réglementaire complexe ou présentent des barrières à l’entrée importantes.

Zouheir GUEDRI * (Data&Data) : « le big data et l’intelligence artificielle industrialisent la lutte anti-contrefaçon sur Internet »

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Interviews

ZG-DD-2016Comment en êtes-vous venu à considérer la lutte anti-contrefaçon comme une application potentielle du big data et de l’intelligence artificielle ?

 

Zouheir GUEDRI : En 2014, nous avons été sollicités par un grand groupe de luxe français pour étudier l’organisation du marché gris en Chine. Il faut savoir que le prix d’un produit de luxe peut varier jusqu’à 60 % entre l’Europe et l’Asie. La moyenne courante est une différence de prix de l’ordre de 40 %. Ce qui incite certains vendeurs à jouer sur cette différence de prix pour générer un business très lucratif à partir de vrais produits. Le problème est que cette pratique, vieille comme le monde, déstabilise fortement les réseaux de vente officiels des marques.

Ronald Brohm : « Le réseau anticontrefaçon REACT compte 215 membres dans 85 pays. »

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Interviews

Brohm-REACTDirecteur et fondateur de l’association professionnelle REACT - The Anti-Counterfeiting Network

Le réseau REACT célèbre cette année son 25e anniversaire. Quels étaient les besoins initiaux pour créer REACT et comment s’est-il développé au fil des ans ?

Ph. Van Eeckhout : « Si la surveillance d’Internet est utile, il est important de ne pas abandonner le terrain. »

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Interviews

CR122-PVEInterview de Philippe Van Eeckhout - Président CONTRATAK

Contratak aura 10 ans cette année, quel recul portez-vous sur l’évolution de la lutte anti-contrefaçon au cours de cette décennie ?

« La lutte contre la contrefaçon doit être accessible à toutes les entreprises »

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Interviews

Photo Paul BounaudInterview de Paul BOUNAUD, chef de projet des secteurs Vins & Spiritueux et Restauration hors domicile (RHD) GS1 France.

Photo Nicolas PauvreNicolas PAUVRE, chef de projet Innovation GS1 France.

 

 La vocation de GS1, organisation internationale de standardisation dirigée par des entreprises, est de développer et promouvoir l’usage de ses standards pour l’identification unique des produits et les échanges d’information. Combien de secteurs d’activité sont particulièrement suivis par GS1 France ?

L’architecture Cloud HCE démocratise les applications NFC sécurisées

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Interviews

NdGInterview de Nicolas de GUILLEBON, project manager de la plateforme Connectwave du CNRFID

 « En 2014, les choses se sont accélérées à la faveur du NFC avec deux événements marquants. »

Contrefaçon Riposte : Comment expliquez-vous la multiplication des solutions anti-contrefaçon basées sur le protocole NFC (Near Field Communication) qui sont apparues ces deux dernières années ?

Nicolas de GUILLEBON : Il est vrai que, contrairement au NFC, les applications RFID ont gardé une image très industrielle et professionnelle, avec des équipements spécifiques notamment pour des applications liées aux transports et à la logistique. Cependant ces applications sont loin d’être confidentielles. Cette année, pas moins de 9,5 milliards de puces RFID seront diffusées dans le monde. Par exemple, une marque comme Décathlon consomme annuellement plus de 500 millions de puces RFID pour tracer ses produits.

En revanche, la NFC vise d’emblée un marché encore plus large, plus grand public, parce qu’aujourd’hui plus de 80 % des smartphones sont compatibles. En fait, NFC transforme le smartphone en un lecteur RFID quasi universel.

Les applications mobiles sont une source de vulnérabilité pour votre marque

Écrit par Stéphane BERLOT le . Rubrique: Interviews

« Cinq bonnes pratiques aident les marques à conserver la maîtrise de leur propriété intellectuelle et de leur réputation sur les mobiles, » par Stéphane BERLOT, responsable des ventes de la filiale France et Benelux de MarkMonitor.

Faux médicaments : « Ça ne sert à rien de saisir des containers si l’on ne fait rien après »

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Interviews

CR114-B-Leroy-IRACMInterview de Bernard LEROY, directeur de l’Institut International de Recherche Anti-contrefaçon de Médicaments (IRACM)

La contrefaçon de médicaments est une menace grandissante pour la santé publique et l’état de droit. Lutter contre ce phénomène demande des approches et des moyens spécifiques.

Contrefaçon Riposte : Comment expliquez-vous qu’en dépit des actions déjà entreprises la prolifération des faux médicaments continue de progresser dans le monde ? Le diagnostic sur le phénomène ou sur le remède serait-il mauvais ?