Pfizer lance une campagne estivale sur les dangers de l’achat en ligne des médicaments

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Campagnes

vignette-danger-mort-150x201Le danger est réel pour la santé publique, pourtant des millions d’internautes achètent, sur Internet, des médicaments de prescription, sans imaginer qu’entre 50 et 90 % de ceux-ci peuvent être des faux (1).

Non seulement ces médicaments contrefaisants sont très souvent inefficaces, mais ils peuvent être très dangereux pour la santé, de par les produits nocifs ou les dosages inappropriés qu’ils contiennent !

Au vu de ces chiffres alarmants, Pfizer s’engage durant tout l’été à sensibiliser et informer les internautes à travers un site spécifique : contrefacon.pfizer.fr. L’objectif : faire passer des messages sur les risques de la contrefaçon à partir de chiffres clés illustrant l’ampleur de ce fléau. De plus, des messages d’alertes s’afficheront en fonction des recherches réalisées par les internautes sur les principaux moteurs de recherche. 



Un scandale sanitaire d’une ampleur mondiale

Selon l’OMS (2), les médicaments falsifiés sont des médicaments délibérément et frauduleusement étiquetés pour tromper sur leur identité et/ou sur leur origine.

L’utilisation de ces médicaments peut entraîner des échecs thérapeutiques, voire la mort (2). La contrefaçon de médicaments concernerait 6 % du marché mondial selon l’OMS et 10 % selon la FDA (3). Un phénomène qui touche à la fois les pays industrialisés et les pays en voie de développement (4).

Chaque année, les saisies douanières montrent l’ampleur des contrefaçons et leur hausse perpétuelle. Ainsi, en 2010, les autorités de 53 pays ont saisi 8,3 millions de comprimés, capsules et ampoules contrefaisants les marques de médicaments Pfizer (5).

En Europe, une personne interrogée sur cinq, soit l’équivalent de 77 millions d’individus, reconnaît acheter des médicaments délivrés uniquement sur ordonnance en dehors des circuits autorisés (6). En France, cela représente 14% des personnes interrogées soit 6,9 millions d’individus (7).



(1) European Alliance for Access to Safe Medicines: The Counterfeiting Superhighway. Medicom, 2008.
(2) OMS :  Aide-mémoire n°275, mai 2012 – "Médicaments faux/faussement étiquetés/falsifiés/contrefaits" (vérifié le 12 juin 2013).
(3) Dossier de presse "Contrefaçon de médicaments" (vérifié le 12 juin 2013). Les Entreprises du Médicaments (LEEM)
(4) Aide-mémoire n°275, novembre 2003 – "Médicaments de qualité inférieure et contrefaits" (vérifié le 12 juin 2013). Organisation Mondiale de la Santé (OMS)
(5) Données internes Pfizer
(6) LEEM : Infographie : identifier un médicament falsifié (vérifié le 12 juin 2013).
(7) Résultats de l’étude de Nunwood en novembre 2009. Enquête de consommation en ligne. 14 000 participants. Pays concernés : Royaume-Uni, Belgique, Suisse, Espagne, Norvège, Danemark, Suède, Autriche, Allemagne, France, Italie, Pays-Bas, Finlande et Irlande.