Dentsu Aegis, le grand coordinateur du système européen de traçabilité du tabac, est un spécialiste de Codentify !

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Europe

cercle-dentsuLe système européen de traçabilité du tabac, tel qu’il a été défini par la Commission, comprend deux types d’acteurs en charge de la gestion des flux de données logistiques : les « primary repositories » et un « secondary repository ». Les fournisseurs responsables de la sécurité et de l’authentification des produits ne sont pas encore connus.

Les « primary repositories », ou entrepôts de stockage des données, sont mandatés par les multinationales de l’industrie du tabac pour stocker les données relatives aux mouvements des produits du tabac. C’est-à-dire les identifiants uniques et les informations relatives au cheminement des produits qui seront scannés tout au long de la chaîne de distribution. Mais, paradoxalement rien n’est précisé sur la façon dont les codes seront apposés ou du mode de vérification de l’impression du code sur les produits, permettant le « commissionnement » des codes sur les lignes de production (mise en rapport du code avec le produit).
 
La liste des entrepôts primaires de stockage de données (voir tableau ci-dessous) a été approuvée par la Commission européenne le 10 octobre 2018 — le dernier jour de la première réunion des parties au Protocole de l’OMS à Genève et après la présentation du système européen par la Commission européenne à l’assemblée des parties au protocole — la sélection (de 5 sociétés) a été effectuée sur la base des déclarations d’indépendance envoyées par les prestataires à la Commission.

Primary-repository
Il s’agit en fait d’auto-déclarations dont on ne sait guère comment elles seront vérifiées par la Commission et avec quels moyens … Ces auto-déclarations de conformité, prévue dans le Règlement délégué 2018/753, sont même d’une simplicité déconcertante et très peu contraignante, pour des systèmes très sensibles aux enjeux sociaux de la lutte contre les trafics de tabac, la santé publique et la criminalité organisée.
 
Les entrepôts primaires de stockage de données sont donc sélectionnés et directement rémunérés par l’industrie du tabac, sur la base d’un contrat préparé par elle dont les grands axes sont aussi prévus par règlement 2018/753. Mais « heureusement » ces entrepôts primaires de stockage de données seront audités par des sociétés « indépendantes » choisies et rémunérées par l’industrie du tabac ! L’honneur est donc sauf !
 
Au service de l’industrie du tabac
 
Quant à l’unique « secondary repository » (entrepôt secondaire de stockage de données), il est choisi par la Commission européenne sur la liste des entrepôts primaires de stockage de données selon une procédure opaque — car nous n’avons pu retrouver le marché public de services qui aurait dû nécessairement être passé pour sélectionner ce fournisseur… à moins que la valeur des services ne dépasse pas le seuil européen de 250 000 euros !
 
Le britanno-japonais Dentsu Aegis Network Switzerland a été sélectionné par la Commission européenne le 21 décembre 2018. Ce géant de la communication et du marketing (45 000 employés dans 145 pays) a en effet récemment racheté, début 2017, la société suisse Blue-infinity (ex-MarchFIRST). Forte de 550 collaborateurs cette dernière a fortement contribué, avec sa solution AIT Central, au déploiement de Codentify, le système de traçabilité conçu par Philip Morris International (PMI) et adopté par l’industrie du tabac !

Pour rentrer dans les clous de l’indépendance financière, prévue par le règlement 2018/574, le géant de la Com’ doit maintenant définir les spécifications et mettre en place le système d’intégration des données logistiques pour le compte de la Commission européenne. Sachant que théoriquement celui-ci doit être opérationnel pour le 20 mai 2019 ! Une course contre la montre qu’il serait impossible de tenir sans reprendre l’existant, c’est-à-dire les investissements déjà effectués dans Codentify.
 
Techniquement cet entrepôt secondaire de stockage de données agrégera toutes les données des entrepôts primaires : les identifiants uniques générés dans chaque État membre et les données enregistrées par les data storage providers dans un système central sous contrôle de la Commission.
 
Remarquons que les déclarations d’indépendance que les opérateurs des entrepôts de stockage de données doivent remplir ne comportent aucune obligation de vérification une fois les contrats obtenus. Selon le règlement d’exécution 2018/754, l’indépendance financière est présumée si le fournisseur ne fait pas plus de 10% de son chiffre d’affaires annuel avec l’industrie du tabac avant la signature des contrats et 20% après la passation ses contrats.
 
Enfin, en ce qui concerne le choix des cinq dispositifs de sécurité. Quatre seront potentiellement choisis et fournis par l’industrie du tabac. Tandis que, selon le règlement 2018/576, un seul d’entre eux, le  cinquième proviendra d’un fournisseur indépendant. Une bien maigre concession pour affirmer que le système est indépendant… <
 
PhC

Articles associés

Dispositif de sécurité des produits du tabac : ce que préconise la France
Écrit le 8 février 2019. Rubrique: Europe
https://www.contrefacon-riposte.info/europe/5892-dispositif-de-securite-des-produits-du-tabac-ce-que-preconise-la-france


Traçabilité du tabac : la douane n’a toujours pas lancé d’appel d’offres
Écrit le 14 novembre 2018. Rubrique: Politique
https://www.contrefacon-riposte.info/politique/5824-tracabilite-du-tabac-la-douane-n-a-toujours-pas-lance-d-appel-d-offres