Le plan-anti-cybercriminalité ignore la contrefaçon numérique

Écrit par CR04 le . Rubrique: Politique

> Le plan anti-cybercriminalité annoncé par Dominique de Villepin, le ministre de l’Intérieur, en septembre dernier et récemment complété par les recommandations du rapport de Thierry Breton, met surtout l’accent sur la sécurité collective, la lutte contre le terrorisme et la protection des mineurs.

Les moyens d’investigation de la police et de la gendarmerie sont renforcés et le nombre des enquêteurs spécialisés doublera, à 600, d’ici à 2007. De même, la vocation interministérielle de l’Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l'Information et de la Communication (OCLCTIC), créé en mai 2000, au sein la Direction centrale de la Police judiciaire, est réaffirmée. Mais pourquoi avoir exclu de ce plan la propriété intellectuelle ? Elle aussi n’est-elle pas directement menacée par la contrefaçon numérique et les dérives du commerce électronique ? La Brigade Centrale pour la Répression des Contrefaçons Industrielles et Artistiques de la PJ, dont les moyens sont réduits et qui pourtant oeuvre de plus en plus sur Internet, n’est même pas citée. Une fois de plus les conséquences économiques de la cybercriminalité passent au second plan.