Technologies

Arjowiggins Security intègre la technologie Signoptic™

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Technologies

Logo-AWSUne pépite technologique très convoitée.

La récente annonce par Arjowiggins Security de l’obtention d’un important contrat auprès de la Monnaie Royale Canadienne, pour sécuriser les nouvelles pièces de 1 et 2 dollars, a été l’occasion d’apprendre que ce succès était lié à l’intégration discrète, l'été dernier, de l’offre technologique de la société française Signoptic.

Il s’agit incontestablement d’un coup de maître de la part d’Arjowiggins Security tant cette start-up, créée en 2005 par Yann Boutant, dispose d’une technologie performante d’authentification unitaire brevetée. Ce qui faisait de Signoptic l’une des entreprises les plus convoitées du secteur.

La solution Signoptic™ (lire nos précédents articles) repose sur l’analyse des propriétés intrinsèques de la matière. À partir de l’image d’un détail de l’objet, le procédé extrait une signature unitaire qui permet de signer individuellement et sans équivoque tout objet.

Dans le cas de la Monnaie Royale du Canada, la cadence très élevée de fabrication des pièces montre que la technologie Signoptic™ est capable de couvrir des applications très exigeantes. Il est, en effet, possible aujourd’hui d’effectuer, en temps réel, à la fois la génération de la signature mais aussi son contrôle, sans modifier le processus de fabrication, ni ralentir la cadence et ceci sans ajout de consommable.

En outre, cette technologie, appliquée au marché de la lutte anti-contrefaçon ou Track&Trace, couvre tous les types de matériaux (métaux, verre, cartons, plastiques…) et tous les secteurs d’activité (parfumerie, cosmétiques, pharmacie, tabacs & alcools, pièces de rechange, luxe) avec trois atouts principaux :

  • À chaque signature générée peut être associé des métadonnées (n° de lot, date de péremption, code logistique unitaire…) ;

  • En cas de destruction d'un code logistique unitaire associé sur l’objet ou son emballage, il est possible de retrouver ces métadonnées en faisant appel à la signature Signoptic™ permettant ainsi un contrôle des réseaux de distribution ;

  • Enfin, cette signature embarquée est auto contrôlable off-line : chaque signature, transformée en un code unique simplifié, peut être reportée sur le produit (code 2D, code à barres, RFID…) permettant un auto-contrôle sans faire appel à une base de données distante.

Et déjà Arjowiggins Security et Signoptic tirent profit de cette acquisition stratégique. « Dès cette année la croissance de nos ventes sera significative, annonce Herlé Carn, directeur de la business unit protection des marques d’Arjowiggins Security, et pour 2012, nous prévoyons un doublement de notre chiffre d’affaires. »

Philippe Collier