Technologies

Traçabilité des transactions : la blockchain recèle un énorme potentiel d’optimisation

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Technologies

PwC Suisse s’intéresse surtout au potentiel de transformation de la blockchain dans le domaine des services financiers, mais nous pouvons aussi l’appliquer à beaucoup d’autres applications et en particulier à la traçabilité sécurisée des produits et des documents pour lutter contre la contrefaçon, la contrebande, les marchés gris, les trafics illicites… Comme le font déjà des start-ups, comme OTENTY ou GWIR, que nous avons déjà présentées.

Selon PwC Suisse la blockchain ouvre de nouvelles perspectives  —  en modifiant radicalement le trafic des opérations et des transactions – au moins sur les cinq points suivants :

  • elle est aussi révolutionnaire que l’invention d’Internet ;
  • elle sera bientôt la technologie privilégiée dans le secteur des services financiers ;
  • elle est solide, efficace et permet d’économiser des coûts ;
  • elle rend les transactions plus transparentes, plus fiables, plus dignes de confiance ;
  • et elle simplifie ainsi la réglementation et le contrôle des transactions. 

Selon Daniel Diemers, associé PwC Strategy& Suisse, « la blockchain permet la distribution et la gestion de pratiquement tous les types de données, dont les certificats de propriété, les valeurs réelles et numériques et même les données liées à l’identité. Bref, cette technologie offre la possibilité de distribuer, d’actualiser et de coordonner des listes électroniques pratiquement en temps réel. » 

Disparition des banques de données 

Le secteur des services financiers a actuellement des opportunités exceptionnelles à saisir : l’amélioration du traitement des transactions, un besoin d’harmonisation plus faible, moins de problèmes d’identification et de vérification, la disparition des banques de données comprenant des données sensibles et sujettes à des redondances et des erreurs, ainsi que différentes solutions système. La blockchain a le potentiel d’optimiser de nombreux aspects liés aux services.

En outre, la blockchain est solide, efficace et permet d’économiser des coûts. « Les données contenues dans la blockchain peuvent être cryptées, comme toutes les données numériques. Ainsi, elles ne peuvent être consultées que par les utilisateurs qui disposent du ‹ code › approprié », explique Alex Koster, directeur de PwC Strategy& Suisse. Les données sont directement accessibles ; il n’est pas nécessaire de les établir à partir de différents systèmes informatiques et de les comparer. Par ailleurs, les parties impliquées peuvent effectuer les transactions directement entre elles ; les registres ne doivent donc plus être gérés de manière centrale par un tiers digne de confiance. La technologie de la blockchain pourrait ainsi réduire considérablement le nombre d’intermédiaires et les coûts qui en résultent.

Une solution adaptée à la réglementation

L’utilisation de blockchains n’est à ce jour pas encore réglementée par les États. « Cependant, cette technologie apporte par elle-même une contribution substantielle à la réglementation. Les blockchains peuvent être fermées, privées et cryptées. Si un auditeur ou un organe de réglementation veut consulter et surveiller les mouvements de données financières, il est possible de mettre à sa disposition le code nécessaire pour accéder aux données et de lui octroyer un accès en mode de lecture », explique Daniel Diemers. 

Vu que toutes les données importantes liées aux transactions sont enregistrées dans le registre distribué et ne sont jamais effacées, les organes de réglementation peuvent avoir une vue d’ensemble du déroulement et du contexte de l’ensemble des transactions. « Dans le cadre de la recherche et du développement des technologies et applications propres aux banques, les organes de réglementation définiront le cadre permettant de mettre en place des plateformes sécurisées pour l’avenir des services financiers », ajoute Alex Koster.

 

Télécharger le document PwC Suisse : « Opinion paper Blockchain: Five propositions to transform the financial services sector. » - September 2016