Les logiciels légaux sont trois fois plus bénéfiques à l’économie réelle que les logiciels piratés

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Chiffres et indicateurs

Une nouvelle étude, publiée hier, du BSA et de l'INSEAD, l’une des grandes écoles de commerce mondiale, confirme l’une des affirmations récurrentes de l’industrie du logiciel depuis des années : à savoir qu’une croissance de 1 % des logiciels légaux procurerait un avantage économique trois fois supérieur à celui des logiciels piratés.

20130521-BSA-ECO-IMPACTC’est-à-dire qu’une baisse de seulement 1 % du piratage des logiciels PC professionnels ajouterait un montant estimé à 73 milliards de dollars à l'économie mondiale, contre seulement 20 milliards de dollars si l’utilisation des logiciels piratés est maintenue.

L'utilisation des logiciels sous licence procure donc effet de stimulation économique et des gains positifs importants sur le produit intérieur brut (PIB) des pays. Selon Jodie Kelley, vice-présidente du BSA, « pour les gouvernements qui cherchent des moyens de stimuler la croissance, cette analyse montre que le logiciel sous licence offre un énorme retour sur investissement. »

L'étude constate que tous les pays du monde peuvent tirer une plus grande valeur économique à partir du logiciel sous licence légale que des logiciels piratés. Les gains provenant d'une augmentation de 1 % de l'utilisation de logiciels authentiques dépassent l'impact de l'utilisation des logiciels piratés : cette marge va de 15,1 milliards de dollars de valeur économique supplémentaire aux États-Unis ; à  5,9 Md$ au Japon ; à 739 millions de dollars en Inde.

Sur une base d’un dollar investi dans des logiciels légaux, le retour sur investissement (ROI) pour les économies nationales est plus fort dans les pays en développement : 437 $ de PIB supplémentaire, en moyenne, comparativement à 35 $ pour chaque dollar de logiciels piratés mis dans le marché.

Ceci est aussi valable pour les pays à revenu élevé : toujours pour 1 $ investi le ROI moyen est de 117 $, comparativement à 42 $ à partir de logiciels piratés, et de 140 dollars dans les pays à revenu intermédiaire par rapport à 28 $ pour les logiciels piratés.

«  Ce rapport va plus loin que les études antérieures pour déterminer l'impact de l'utilisation du logiciel sur la production nationale », déclare Eduardo Rodriguez-Montemayor, chercheur senior chercheur à l'INSEAD eLab. « Les résultats constatent que le logiciel sous licence a un impact économique plus important que les logiciels piratés dans tous les pays inclus dans l’étude. »

Les gouvernements et les entreprises qui veulent saisir les opportunités économiques procurées par l'utilisation des logiciels sous licence devraient, selon le BSA, prendre les mesures suivantes :
• Mettre en place une législation sur la PI plus solide et moderne qui protège les logiciels sous copyright sur les PC, les appareils mobiles et dans le nuage ;
• Accélérer l'application des DPI avec des ressources dédiées ;
• Sensibiliser le public sur les risques de piratage de logiciels ;
• Prêcher par l'exemple l’utilisation des logiciels légaux et la mise en œuvre de programmes de gestion des actifs logiciels.

Télécharger l'étude: « Competitive Advantage: The Economic Impact of Properly Licensed Software »