La cybercriminalité coûte près de 600 milliards de $ à l'économie mondiale

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Chiffres et indicateurs

McAfee, en partenariat avec le Center for Strategic and International Studies (CSIS), a publié le 21 février 2018 « Economic Impact of Cybercrime – No Slowing Down », un rapport mondial qui met l'accent sur l'impact de la cybercriminalité sur l’économie mondiale. Le rapport conclut que la cybercriminalité coûte aux entreprises près de 600 milliards de dollars, soit 0,8% du PIB mondial, ce qui est en hausse par rapport à une étude de 2014 qui estimait les pertes mondiales à environ 445 milliards de dollars. Le CSIS constate que le vol de comptes de propriété intellectuelle et d'informations commerciales confidentielles représente au moins 25% du coût global de la cybercriminalité.

Selon Steve Grobman, chef de la technologie chez McAfee, «  avec l'utilisation de ransomware, les criminels peuvent externaliser une grande partie de leur travail à des entrepreneurs qualifiés. Les fournisseurs de cloud Ransomware-as-a-service adaptent efficacement les attaques pour cibler des millions de systèmes, et les attaques sont automatisées pour nécessiter une intervention humaine minimale. Ajoutez à ces facteurs des cryptomonnaies telles que Tor et Bitcoin qui facilitent la monétisation rapide et anonyme, tout en minimisant le risque d'arrestation. »

Les banques restent la cible préférée des cybercriminels, et les États-nations sont la source la plus dangereuse de cybercriminalité, selon le rapport. La Russie, la Corée du Nord et l'Iran sont les plus actifs dans le piratage des institutions financières, tandis que la Chine est la plus active dans le cyber-espionnage.

« Notre recherche confirme que la Russie est le leader de la cybercriminalité, reflétant la compétence de sa communauté de hackers et son mépris pour l'application de la loi occidentale », a déclaré James Lewis, vice-président principal du CSIS. « La Corée du Nord est la deuxième ligne, car la nation utilise le vol de cryptomonnaie pour aider à financer son régime, et nous voyons maintenant un nombre croissant de centres de cybercriminalité, non seulement la Corée du Nord, mais aussi le Brésil, l'Inde et le Vietnam. »

Sans surprise, les pertes liées à la cybercriminalité sont plus importantes dans les pays riches. Cependant, les pays ayant les plus grandes pertes (en pourcentage du revenu national) sont des nations de niveau intermédiaire qui sont numérisées, mais pas encore pleinement capables en matière de cybersécurité. <