77 % des Tunisiens préfèrent acheter des contrefaçons à bas prix

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Chiffres et indicateurs

INC-Tunisie-Contrefacon maqPrès de 77 % des Tunisiens préfèrent acheter des produits contrefaits, vu leur prix bas et à cause de la baisse du pouvoir d’achat, selon une enquête de terrain menée par l’Institut national de la consommation (INC), sur le consommateur tunisien et les produits contrefaits et diffusée ce jour, 4 juin 2018.

L’enquête qui a touché un échantillon de 2 016 consommateurs âgés de plus de 20 ans a montré que 55 % de l’échantillon affirme avoir été piégé. Ce taux s’élève notamment dans la région du centre-ouest (60 %), et concerne, particulièrement, l’électroménager (36 %), les cosmétiques (produits d’embellissement et d’hygiène) et les parfums (28 %), l’habillement (23 %), cuir et chaussures et matériel informatique (19 %).
 
Le directeur général de l’INC, Tarek Ben Jazia souligne l’absence de statistiques officielles sur la contrefaçon en Tunisie, à l’exception de quelques estimations de structures syndicales des institutions touchées par ce phénomène, ou des activistes de la société civile.

18,9 % des personnes interviewés regrettent avoir acheté ces produits. 8,4 % pensent que ces produits constituent « un refuge » pour les personnes à revenu limité. Acheter ces produits ne culpabilise pas 5,4 % de l’échantillon, selon le responsable.

Concernant les répercussions de l’achat de ces produits, 77,6 % de l’échantillon estime qu’ils peuvent nuire à la santé, 54,7% évoquent les risques sur le budget de l’État et 31,5 % parlent de dangers sur l’environnement.
 
Le rapport a souligné l’absence de culture informationnelle et de revendication des droits, précisant que 3,4 % de l’échantillon, seulement, affirme avoir déposé une plainte auprès des structures concernées, d’après Ben Jazia.

Le responsable de l’INC a proposé la création d’une agence nationale spécialisée dans la lutte contre la contrefaçon, l’appui aux industriels en les aidant à enregistrer leurs produits auprès des services de la douane et l’assistance technique et matérielle des propriétaires des marques commerciales. Il a souligné l’importance de renforcer la sensibilisation des consommateurs avec l’aide de la société civile, des structures et des organisations professionnelles. <

http://inc.nat.tn/fr/