Technologies

Qualité et cycle de vie des produits : coupler une information statique à une information dynamique

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Technologies

Si la constitution de catalogues électroniques sur les produits, avec un minimum d’informations descriptives standard, est un préalable indispensable à la mise en place de collaborations. Ceci n’est qu’une première étape face aux enjeux de la transformation numérique qui est aujourd’hui de passer d’une description statique du produit, à travers une fiche, à un suivi dynamique de son cycle de vie en quasi-temps réel.

Cette évolution est particulièrement souhaitée par les filières agricoles et agroalimentaires pour lesquelles les informations de traçabilité partagées en réseau constituent un enjeu majeur de différenciation.

« Il s’agit de mettre en place une démarche de qualité vertueuse, explique Paul BOUNAUD, responsable des filières agricoles et RHD de GS1 France, qui doit permettre aux producteurs de mettre en avant leur savoir-faire et la qualité de leurs aliments. Il y a une forte attente de la part des consommateurs pour connaître l’origine et la composition des produits. Aussi pouvoir lui garantir qu’un produit bio est effectivement bio constitue une information différentiante à forte valeur ajoutée. »

Pour cela GS1 a développé le standard de traçabilité par évènement EPCIS (Electronic Product Code Information Services) qui donne une visibilité complète sur le cycle de vie des produits.

À l’occasion du dernier Salon de l’agriculture, GS1 France a dévoilé son projet de plateforme collaborative de traçabilité dédiée à l’ensemble des acteurs de la chaîne agroalimentaire et logistique. Cette plateforme constitue un espace numérique où les informations de traçabilité sur les produits et leurs cycles de vie peuvent être assemblées et partagées pour servir les besoins d’optimisation de la supply chain de l’amont à l’aval et d’information des consommateurs.

En amont au niveau des exploitants agricoles, l’approche permet de valoriser l’origine des produits et des pratiques agricoles :

  • Renforcer la proximité avec les consommateurs et les informer sur l’origine des produits
  • Démontrer et valoriser le professionnalisme des acteurs
  • Objectiver les pratiques agricoles et industrielles
  • Valoriser les pratiques vertueuses : bien-être animal, alimentation de proximité, réduction des émissions de CO2…
  • Informer et apporter des réponses aux différentes parties prenantes : performance par filière, conformité réglementaire, respect des normes environnementales, indication géographique protégée (IGP)…

Pour démontrer la pertinence de l’approche, GS1 France mène actuellement une opération pilote dans le domaine de la volaille avec la coopérative agricole TERRENA.

« L’objectif est de mettre en avant des bonnes pratiques de la fourche à la fourchette. Le standard EPCIS permet de suivre toutes les étapes depuis la naissance des poussins, leur alimentation, leur suivi sanitaire, le bien-être animal, jusqu’à la vente des poulets en barquettes, en passant par leur abattage, leur transformation, leur livraison… Les marques concernées peuvent ainsi développer un discours de sincérité sur la qualité de leurs produits et valoriser leur savoir-faire auprès des points de vente (grossistes, distributeurs, restaurants) et des consommateurs, » précise Paul BOUNAUD.

Autant d’éléments de preuve qui devraient permettre de mieux contrôler les produits et les appellations. <

Philippe Collier

Articles associés :

La fiabilité de la traçabilité et des contrôles alimentaires mise en cause

du 11 février 2013. Rubrique: Sécurité des consommateurs


L’Internet des objets : l’arme ultime contre la fraude et la contrefaçon ?

du 20 mai 2011. Rubrique: Technologies

 

GS1 garantit une gestion européenne de l’Internet des objets
du 23 mai 2008. Rubrique: Technologies